Souvenirs Jacques Chirac


Jacques Chirac, un destin hors du commun.

Jacques Chirac est parti. Un grand parmi les grands a quitté ce monde ingrat…
Visionnaire à sa manière, Chirac eut en tout cas trois intuitions prophétiques.

Souvenirs, Jacques Chirac

Par Maxime Tandonnet

Visionnaire à sa manière, Chirac eut en tout cas trois intuitions prophétiques.
« A la fracture sociale s’ajoute aujourd’hui une distance croissante entre le peuple et ceux qui ont vocation à le représenter. Elle doit impérativement être réduite » annonçait-il avec au lendemain de son entrée à l’Elysée en 1995. Pourtant, le choix de privilégier l’adhésion de la France à l’euro, dans la continuité de la présidence Mitterrand, au prix de fortes ponctions fiscales, d’une poussée du chômage et de la précarité, fut fatal à cet engagement et à la tournure de son premier mandat, saccagé par la dissolution ratée de 1997 et cinq années de cohabitation explosive et stérile avec la gauche plurielle de Lionel Jospin. Depuis, la fracture entre la classe dirigeante et le peuple n’a jamais cessé de s’aggraver, rongeant les fondements de la démocratie française et du pacte républicain. En se détournant de son intuition première, Jacques Chirac a sans doute manqué l’occasion de donner une toute autre envergure à son premier mandat.
Jacques Chirac voyait venir le danger communautariste. Face à la crise du foulard islamique qui hantait les établissements scolaires pendant les années 1990, après dix années d’impuissance et d’indécision, il fut à l’origine de l’un des derniers grands choix stratégiques en faveur de la paix civile. Sa main n’a pas tremblé au moment d’édicter l’interdiction de tous signes religieux ostentatoires à l’école, collèges et lycées, à l’issue d’une concertation exemplaire, illustrant ce que pouvait être la politique au sens noble du terme : un choix de gouvernement en faveur de l’intérêt général, qui fait l’objet seize ans plus tard, d’un quasi-consensus. Ce geste fort et prémonitoire, n’a cependant pas suffit à infléchir le cours d’une fragmentation de la société française dans laquelle certains voient poindre le risque de tensions violentes.
Du bilan mitigé de ses douze années à la tête de l’Etat se détache pourtant un choix, devenu emblématique de sa présidence. Jacques Chirac restera, pour l’histoire, l’auteur de la dernière grande décision politique inscrite dans la tradition gaullienne d’indépendance nationale. En s’opposant frontalement à l’invasion militaire de l’Irak par les Etats-Unis de M. Bush, au printemps de 2003, le chef de l’Etat français mettait en garde ce dernier contre le danger d’une déstabilisation en cascade du Moyen-Orient. Effondrement de l’Etat irakien, généralisation d’un chaos sanglant, anéantissement de la minorité chrétienne, enchaînement de guerres civiles exterminatrices, émergence de l’Etat islamique daesh, flambée de terrorisme – dont la France fut en Europe la principale victime, afflux de réfugiés. Chirac avait raison et rarement dans l’histoire de la Ve République, depuis 1969, le destin personnel d’un président de la République ne s’est autant confondu avec celui de la France qu’en cette occasion.

Maxime Tandonnet

max tAncien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE 

Article extrait de Figaro Vox.

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier:
Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

♣   ♣   ♣   ♣   ♣

parution chaque samedi

Ne manquer plus aucun article de l’opposition qui s’oppose et soutenez-nous en vous inscrivant  ci-dessous à La Semaine du MENSONGE pour 12 € par an.

Abonnement Semaine du MENSONGE

Pour soutenir Observatoire du MENSONGE, je m'abonne un an à Semaine du MENSONGE

€12,00

NB : vérifier que notre mail n’arrive pas dans vos indésirables…

Observatoire du MENSONGE est présent dans 178 pays, suivi par + 200.000 Lecteurs avec plus de 50 auteurs qui contribuent à son succès.  Merci à tous ceux qui nous suivent,  qui partagent et qui nous soutiennent. 

Vous pouvez nous soutenir car nous le méritons en achetant ou en téléchargeant nos livres uniquement sur AMAZON en cliquant sur le titre choisi.

Découvrez en exclusivité mondiale sur AMAZON, le nouveau livre de Daniel Desurvire en cliquant ICI
↓   ↓   ↓  
Version E BOOK en cliquant

Autres livres disponibles sur AMAZON, commander en cliquant sur le titre :

Entrez votre adresse mail pour nous suivre et être notifié des nouvelles publications.

N’hésitez pas à commenter dans la rubrique « LAISSER UN COMMENTAIRE » après cet article

6 commentaires

  1. Chirac A TRAHIE ,comme le SARKOZY ,notre droite molle est morte , de leurs fautes ,reste le RN , saurons la vérité sur Boulin ,courage a quelque gens qui savent la vérité

    J'aime

  2. Dès que Chirac a créé le RPR, je l’ai suivi… Puis je l’ai soutenu pour son élection comme Président… Puis j’ai été déçu, me sentant trahi. Pourtant Chirac avait bien diagnostiqué la situation mais il n’a rien fait. Quand il a été réélu en 2002, il avait alors tous les moyens vu son score face à Le Pen et là encore, il n’a rien fait. Dommage ! Mais maintenant paix à son âme. Il est déplacé de ne pas respecter ce triste passage.

    J'aime

  3. Oui, Chirac fut bien un visionnaire. Il fut le second Président fainéant à privilégier sa posture à son pays. Il fut aussi le premier à se servir de chaque événement impromptu pour taxer toujours plus les français. On se souvient avec émotion de sa fumeuse idée d’impôt sécheresse en 1976 inspirant l’acharnement gigantesque et démesuré des automobilistes qu’il a lui-même initié. Comme son prédécesseur, il a mis beaucoup d’énergie à trahir les électeurs qui l’avaient mis en place, révélant en cela la vocation de ses successeurs. S’il comparait, au ciel, devant Georges Pompidou qu’il qualifiait, à l’envi, de père spirituel, il n’aura d’autre rôle que celui du fils prodigue. Et, s’il y croise Robert Boulin, quelle sera son attitude ?

    J'aime

      1. Quel cirque, »n’est-il pas », quand les soi- disant « hommages » SE TERMINENT PAR DES SELFIES!De plus,ce cirque médiatique nous rend ceci indécent quand d’autres anonymes décédés n’auront aucune pensée de la part de leur proche!Aucun humain n’est au-dessus des autres et la respectabilité aurait été la discrétion quand beaucoup n’enterreront pas les leurs avec le minimum de dignité faute de moyens.(Six jours à la une des média n’est pas choquant au vu de la situation « française » actuelle).

        J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.