Réquisitoire contre le vaccin Covid 5

V – Mais qu’en est-il des vaccins anti-Covid, des pathologies qui en résultent, et pour quel virus ?

*** En cadeau, vous recevrez gratuitement, chaque samedi, pendant un an : Semaine du MENSONGE (Valeur 18€).


Découvrez ICI le nouveau livre, c’est du très lourd, de Daniel Desurvire

Réquisitoire contre le vaccin Covid

Par Daniel Desurvire

Cinquième partie

V – Mais qu’en est-il des vaccins anti-Covid, des pathologies qui en résultent, et pour quel virus ?

Ce virus à Arn dispose d’une enzyme réplicative de son génome. Mais au cours de son évolution, pour se défendre, survivre et se répandre dans l’organisme hôte, celui-ci fait souvent des erreurs de lecture. Au fil de ses mutations et parvenu au pic de sa progression, le virus finit par ne plus ressembler à sa conformation génomique initiale. Ces mutations successives néanmoins l’affaiblissent, car cette matrice corrigée ne parvient alors plus à se développer aussi bien qu’initialement dans les métabolismes. Dans un schéma inter-réactif avec une production dédiée des leucocytes sollicités, Ces mutants, au génome corrigé, augmentent leur capacité de propagation, mais en se délestant de leur propre carapace défensive sur les cellules de l’hôte. C’est par la protéine « S » pour Spike (l’enveloppe protéinique du virion), que cet agent pathogène cible les anticorps et génère des centaines de chimères réplicatives. Ces ripostes évolutives, car héréditairement reprogrammées, mais de plus en plus maladroitement, se multiplient au fil du temps et dans la géographie de leurs déplacements. Elles sont le produit d’une variabilité génétique d’auto-défense délétère pour l’homme, afin de survivre contre les assauts du système immunitaire de l’hôte agressé.
Il en va ainsi comme pour tout être vivant selon le postulat du transformisme et du darwinisme, lequel néanmoins finit généralement bien, hors du concours d’une thérapie. Ce combat, de l’organisme complexe des mammifères contre les agents pathogènes, se traduit le plus souvent dans la nature par la victoire du premier qui aura généralement raison sur l’intrus assaillant. Comment donc expliquer autrement le fonctionnement de la biodiversité, puisque la vie finit toujours par vaincre, puis à se multiplier nonobstant la disparition des plus faibles dans cette loi du plus fort. Si la médecine doit et peut interférer, faut-il encore qu’elle soit habile, patiente et ordonnée. Or ici, les vaccins anti-Covid de furent que de la poudre de perlimpinpin, parce que précisément le profit et la précipitation l’emportent sur la recherche honnête, scrupuleuse et persévérante. Les AMM ayant été sabordées par des bricolages juridico-politiques malintentionnés, la recherche scientifique, à son corps défendant, est devenue la meilleure alliée du virus.


Comme vu plus haut, cet épiphénomène d’accélération constaté par l’accroissement de la contagiosité dans les pays développés, vient surtout du fait des vaccinations excessives et rapprochées injectées sur de trop courts délais. Cette politique vaccinale anarchique excite le processus de cette évolution virale ainsi facilitée, d’où les échappements immunitaires et l’apparition de nouvelles pathologies, de graves à mortelles. Si les études scientifiques et les étapes de randomisation avaient été respectées, au lieu de cette précipitation criminelle qui jette en pâture des millions de personnes dans un laboratoire mondial de cobayes, ces vaccins auraient vraisemblablement aboutis à de meilleurs résultats, et n’auraient pas eu pour conséquences préjudiciables ces bricolages hasardeux d’apprentis-sorciers au service d’un Big Pharma avide de dividendes, poussés à inventer de faux remèdes pour générer de vrais profits au bénéfice de firmes et de politiciens insatiables et sans scrupules.
Les approximations liées à la fréquence et les dosages, puis les incertitudes quant à l’efficacité de ces vaccins, génèrent des réflexes d’autoprotection de quelques responsables politiques gagnés par le doute. Cette façon inélégante et peu rassurante de se couvrir juridiquement fut celle du ministre de la Santé, Olivier Véran. En effet, ce dernier, s’excluant de la preuve, a reconnu le 18 février 2021 lors d’une conférence de presse, « Qu’aucun pays européen n’a pu apporter, non plus, la preuve que ces vaccins permettent de prévenir les formes graves de la Covid-19 ». Le Conseil d’État, pourtant la courroie de transmission de l’Exécutif, admet, lors d’une décision n° 450413 rendue le 11 mars 2021, « L’incertitude qui demeure sur l’efficacité réelle du vaccin quant à la propagation du virus ».
Or, il ne s’agit là que d’une résonnance tardive de la plupart des observatoires spécialisés dans le monde, dont le CNRS et l’Inserm pour la France, puis l’OMS comme entité internationale et autres pharmacovigilances nationales de surveillance des médicaments. De sorte que le même constat d’échec est enregistré partout dans le monde, sauf pour les instances politiques plus âpres à convaincre pour des raisons embarrassantes car ignominieuses, liées aux profits colossaux que génère ce commerce jamais évoqué, car toujours enveloppé sous l’honorable excuse de la santé publique. L’appositif « sanitaire », galvaudé et piétiné dans la réalité de tous les jours, sert néanmoins d’alibi pour dédouaner Emmanuel Macron et sa bande d’affidés. Cet épithète laisse croire, à qui veut l’entendre, que ce chef d’État se préoccupe de la santé des gens, tout en faisant le contraire en se servant du poison vaccinal pour déconstruire* la France, son histoire et sa culture qu’il dénie, selon ses propres annonces respectivement les 5 mai 2021* et 4 février 2021.


En l’occurrence, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), sur la période du 12 mars au 18 mars 2021 (publication du 16 mars 2021), fit état de décès survenus en France après l’administration des vaccins autorisés. Sur la totalité des marques, 335 décès furent dénombrés, mais un nombre qui est loin d’être exhaustif puisque ces constats n’apparurent que dans l’enceinte des établissement hospitaliers sur une très courte période d’hébergement, très peu en-dehors de ces lieux de surveillance, où les décès imputables aux vaccins furent systématiquement, par comorbidité ou pas, imputés à la Covid-19. Eu égard au nombre de certificats de décès trafiqués, depuis les Ehpad, les lieux d’hospitalisation et aux domiciles, car leur rédacteurs sont lourdement rémunérés par le Gouvernement, il y a lieu de douter de la probité de ces annonces macabres liées à la mortalité par ce virus, en particulier lorsque l’on sait que la grippe saisonnière aurait subitement disparu du comptage des morts entre 2020 et 2021, plutôt ajoutés à la liste des décès par Covid !
Cependant, face à l’inopportunité de la preuve diabolique, entre les effets indésirables graves et mortels, le lien de causalité n’est produit qu’a minima, au risque d’engendrer une nouvelle terreur chez les personnes vaccinées, après celle de la pandémie et ses conséquences hypocondriaques. Faut-il rappeler, sur la foi de l’European Medecines Agency (EudraVigilance : « science médicaments santé* »), qu’il fut répertorié ± ¼ million de décès et près de 2 millions de lésions graves par suite de la détérioration du système immunitaire des vaccinés ; cela durant le seul périmètre du premier semestre 2021. En guise de piqure de rappel, il s’insère, derrière la Covid, le spectre de ce virus dans la seringue vaccinale, d’où sa réplication virtuelle supposée armer les anticorps ; mais des anticorps qui dans le même temps font baisser la garde au système immunitaire.


Cette campagne vaccinale, emmenée de front par l’Union européenne, sélectionna à ses débuts quatre firmes laborantines, lesquelles répandirent leurs doses de vaccins sur le vieux continent entre autres, dont les effets indésirables, voire mortels, sont respectivement au nombre de 27 pour chacun des laboratoires validés. Mais gardons-nous de croire que ces lésions répertoriées sont exhaustives, car seul l’avenir, à moyen et long terme, révèlera ce que ces vaccins auront généré d’accidents présumés sur le matériel génomique humain, autant dire sur la descendance des personnes vaccinées principalement par les formules géniques Arn m.
Cette intrigue, avec ses ramifications mondiale, fera d’ici quelques années vraisemblablement couler beaucoup plus d’encre que les avertissements actuels que tentent désespérément de diffuser les vrais spécialistes, virologues, infectiologues, épidémiologistes et biologistes actuels. Mais il sera trop tard, car le mal sera consommé. Pourtant, le savoir de ces chercheurs et praticiens émérites devrait davantage interpeler les médias qui se coagulent autour des pathétiques politiciens qui eux, n’y connaissent strictement rien. Néanmoins, ces élus disposent du pouvoir de faire n’importe quoi et n’importe comment devant une situation qui les dépasse. Certaines personnes, perchées du haut de leur arrogance, se persuadent qu’ils agissent pour des intérêts supérieurs, alors qu’ils ne sont même pas capables de voir le bout de leur pied. Emmanuel Macron est de ceux-là, et possiblement le pire d’entre eux.
Vaccins à vecteur génique ou à adénovirus (vecteur viral, virus atténué ou mort), la sanction est la même, selon l’Observatoire de Science medecines Health susvisé*, pour les candidats forcés ou non de s’exposer à la sérothérapie de produits expérimentaux. Nombre de nos concitoyens, français sont par conséquent livrés sans casque ni fusil dans les tranchées des centres vaccinaux, pour y subir ces injections, en l’absence de tout principe de précaution et d’une vraie information ; comme ces vaccins, dont les premières livraisons n’étaient accompagnées d’aucun rapport scientifique, et même pas de mode d’emploi.


Mais le profit est tel, qu’il aveugle les décideurs qui légifèrent et administrent, sous la dictée de leur suffisance et du pouvoir enivrant, dont Henry Kissinger disait « qu’il est un aphrodisiaque suprême ». Si les laboratoires fournisseurs s’étaient préalablement prémunis de contrats de vente, indexés de clauses les dégageant devant des juridictions arbitrales de toute responsabilité, en cas d’accident et de mort dus aux vaccins, ceux-là n’oublièrent pas de compromettre leurs clients nationaux en versant de confortables commissions occultes, via les sociétés extraterritoriales aux comptes anonymes pour verrouiller la sécurité des uns et des autres, qui gratifient toujours et encore ces prévaricateurs politiques.
Voici exposés ci-dessous la liste macabre des attaques pathologiques virulentes sur la santé des personnes provoquées consécutivement par les vaccins anti-Covid expérimentaux des quatre laboratoires Moderna, Pfizer-Biontech, Astrazeneca et Janssen entre janvier 2021 et fin juillet 2021 (Source : EudraVigilance – European Medecines Agency sous l’égide de l’UE) :
Troubles du système sanguin et lymphatique (392 victimes)
Troubles cardiaques (2 703 victimes)
Troubles congénitaux, familiaux et génétiques (45 victimes)
Troubles de l’oreille et du labyrinthe (39 victimes)
Troubles endocriniens (36 victimes)
Troubles oculaires (55 victimes)
Troubles gastro-intestinaux (887 victimes)
Conditions générales du site et des désordres administratifs (6 325 victimes)
Troubles hépatobiliaires (114 victimes)
Décrochement du système immunitaire (85 victimes)
infections et infestations (1 578 victimes)
Blessure, empoisonnement et complications procédurales (378 victimes)
Sur enquête, nombre de mortalités vaccinales cliniquement constaté hors site (351 victimes)
Troubles du métabolisme et de la nutrition (377 victimes)
Troubles musculo-squelettiques et nutritionnels (310 victimes)
Tumeurs bénignes, malignes et non précisées ; kystes et polypes (85 victimes)
Troubles du système nerveux (2 452 victimes)
Grossesse, puerpéralité et conditions périnatales (84 victimes)
Problèmes liés aux produits (2 victime)
Troubles psychiatriques (267 victimes)
Troubles rénaux et urinaires (291 victimes)
Troubles des organes reproducteurs et du sein (25 victimes)
Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux (2 280 victimes)
Troubles de la peau et du tissu sous-cutané (164 victimes)
Circonstances sociales (43 victimes)
Procédures chirurgicales et médicales (129 victimes)
Troubles vasculaires (1 028 victimes).

À SUIVRE

Daniel Desurvire


Ancien directeur du Centre d’Étude juridique, économique et politique de Paris (CEJEP), correspondant de presse juridique et judiciaire. Daniel Desurvire est l’auteur de : « Le chaos culturel des civilisations » pointant du doigt les risques de fanatisme de certains cultes et de xénophobie de certaines civilisations, auxquels s’ajoutent les dangers du mal-être social, de la régression des valeurs morales et affectives ou de la médiocrité des productions culturelles, dont la polytoxicomanie en constitue l’un des corollaires. L’auteur choisit d’opposer le doute et le questionnement aux dérives dogmatiques et aux croyances délétères » (in, Les cahiers de Junius, tome III, “La culture situationniste et le trombinoscope de quelques intellectuels français” : Édilivre, 2016).


♣ ♣ ♣

Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Daniel Desurvire pour Observatoire du MENSONGE


♣ ♣ ♣


Sommaire

I – La communication, versus le garde-chiourme médiatique du pouvoir dominant

II – Quand les risques de mortalité par les vaccins anti-Covid, par la répétition en rappels d’injections, deviennent plus élevés que ceux induits par le virus lui-même !

III – La quadrature du cercle : une diagonale impraticable depuis le SARS-CoV-2 aux vaccins anti-Covid sans en passer par une rechute parfois fatale

IV – Dès lors que le politique prend le pas sur le médical, le profit prend la place de la santé

V – Mais qu’en est-il des vaccins anti-Covid, des pathologies qui en résultent, et pour quel virus ?

VI – Ne pas vouloir reconnaître et ne rien faire, voilà bien une figure captive des esprits abouliques

VII – L’ignorance, berceau d’un irrésistible déclin où profitent ceux qui l’entretienne

Le livre à ne pas manquer !

Pour en savoir plus et l’acheter, existe aussi en format KINDLE,
cliquer ICI ou sur l’image

Retrouvez les livres de Daniel Desurvire en cliquant ICI

En savoir plus : cliquer


♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Abonnez-vous à notre chaîne YOUTUBE, c’est gratuit, en cliquant

4 commentaires

  1. C’est toujours un plaisir de lire vos articles vraiment bien détaillés et instructifs, Merci Monsieur Desurvire.

  2. Pour information, la quatrième vaccination a été ouverte en douce, le 18 février 2022, sans rien dans les médias de la désinformation et serait valable que jusqu’en juin 2022. D’ailleurs sur le site, j’avais publié le 1er mars 2022 :
    Quatrième vaccin
    SCOOP : le quatrième vaccin est déjà programmé à partir de février 2022 puisque le troisième vaccin sera obsolète dès le 15 juin 2022 !
    https://observatoiredumensonge.com/2022/01/03/quatrieme-vaccin/

  3. Un grand merci Daniel Desurvire , tout, ou presque est dit , puisque …à suivre..
    EA la lecture de votre excellent article , espérons que les Français vont comprendre qu’ils sont manipulés.
    Sinon, comment qualifier les Français ?
    De honteux, tout simplement, devant cette lâche soumission à leurs politiques , leurs sbires, et médias liés à l’oligarchie financière.
    Nous verrons dans les conflits sociaux de demain la turbulence provoquée par l’arme alimentaire qui fera souffrir les peuples en France et en Europe qui vont apprendre ce qu’est être faible , pauvre et dépendant.
    Ces situations conflictuelles à venir seront suffisantes pour que nous vivions des révoltes violentes , et nous devrons ajouter des autres accélérateurs de notre Histoire qui seront les tensions à venir , il en résultera un Grand danger pour nos libertés et ce qui reste de notre souveraineté .
    Sans nul doute que si Macron est réélu, nous repartons vers les Injections obligatoires pour Tous…et cela sera suffisant pour désintégrer la France et son économie et aux yeux de 80 % des Français macron deviendra davantage insupportable. inéluctablement nous irons un peu plus vers le chaos sans retour possible.
    En l’absence de bon sens , les Français n’ ont que les politiques qu’ils méritent.
    Macron est en même temps , gauche – droite, blanc, noir, selon l’heure du jour ou de la nuit , il se couche , notamment, devant des acteurs très violents , bientôt la France n’existerait plus s’ il est encore au pouvoir.
    Çà crève les yeux…pourtant, habitués que nous sommes : au grand débat chimérique !!!
    Nous sommes bientôt à la croisée des chemins , si les Français continuent à se soumettre à un système dirigé par des voyous , ils n’auront plus qu’ à subir , sans se plaindre…se rendre et ne plus rien attendre , sauf vivre dans un champ de ruines.
    A bon entendeur…

Laisser votre commentaire