Ce pays qu’on enchaîne

Le régime qui est imposé à la France relève d’ores et déjà d’une forme de despotisme… Et l’on va vers un re-confinement total imminent !

Ce pays qu’on enchaîne

Par Maxime Tandonnet

« Au point où on en est, je ne vois pas comment on ne peut pas aller vers un confinement total » déclare une épidémiologiste.

Depuis un an, la France est ballotée comme un bouchon de liège : confinement strict, déconfinement, couvre-feu, re-confinement, re-déconfinement, couvre-feu de nouveau, rumeur de re-confinement strict mais re-confinement limité, couvre-feu étendu, confinement régional, limité, puis étendu, rumeur de re-confinement strict. Il est donc désormais question d’un re-confinement total qui serait annoncé mercredi.

Le régime qui est imposé à la France relève d’ores et déjà d’une forme de despotisme : restaurants et bars condamnés, millions de vie ruinées des restaurateurs, des commerçants, des étudiants, des gens de la culture et du sport, déplacements de plus de 10 km interdits comme les rassemblements de plus de 6 personnes, obligation de détenir d’un Ausweis devenu symbole humiliant d’un Etat policier. Mais cet régime ne suffirait pas: il faudrait aller encore plus loin dans l’asservissement d’une nation pour conjurer le mal. Alors que le nombre des morts déclarés par le covid 19 ne cesse de baisser – selon l’INSEE, le total des décès en ce début 2021 est presque conforme à la normale – le seul prétexte invoqué pour enchaîner toujours davantage le pays est celui du risque de saturation des places en réanimation (5000).  Le coût d’une place en réanimation est de 3000 € la journée. Celui des mesures gouvernementales depuis un an est de 160 milliards € (Cour des Comptes).  Il est phénoménal qu’une nation qui prétend être la VIIe puissance du monde n’ait pas été capable de se doter, en plus d’un an, des moyens hospitaliers nécessaires à l’accueil des malades. La France est en train de mourir lâchement étranglée sous la pression d’une poignée de réanimateurs et épidémiologistes plus enclins à brailler qu’à travailler et qui donnent le sentiment de jubiler d’un sourire mesquin à la vue du pays qu’on enchaîne par la peur et la rage bureaucratique. Un nouveau « re-confinement strict » sous la pression de ces anges du malheur serait une abomination.

Maxime Tandonnet

max t

Ancien conseiller à la Présidence de la République sous Sarkozy, auteur de plusieurs essais, passionné d’histoire…
Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier: Maxime Tandonnet pour Maxime Tandonnet – Mon blog personnel

Nous aimons la liberté de publier : à vous de partager ! Ce texte est une Tribune Libre qui n’engage que son auteur donc en aucun cas Observatoire du MENSONGE



Abonnez-vous gratuitement à notre chaîne


Pour savoir ce qui se passe en 🇫🇷 Lire Observatoire du MENSONGE


Vous aimez ? Merci de nous aider !

L’ignorance est la nuit de l’esprit
et cette nuit n’a ni lune ni étoiles.

4 commentaires

  1. La France renoue avec ses démons et prône ouvertement la délation via ce macronisme qui la ruine.
    C’est devenu un état policier sauf contre les voyous bien sûr.
    Le gouvernement instaure presque en catimini une dictature, les racistes s’éclatent contre les blancs, la nation est souillée tous les jours et les veaux dorment !

  2. Merci pour votre article, Monsieur Tandonnet, car ce que vous écrivez est la réalité que nous vivons de plus en plus mal.

  3. Le gouvernement actuel est disqualifié mais cela ne l’empêchera pas à cause de ses fautes de poursuivre sa politique dictatoriale en nous brimant par un nouveau confinement qu’il va sans doute faire autrement pour ne pas utiliser le mot confinement.

    1. C’est aussi mon humble avis, les nuls vont encore inventer une expression pour faire passer la pilule.

Laisser votre commentaire